Opéra National de Paris

Fini Budapest, bienvenue Paris! Un immense plaisir que d’être de retour à l’Opéra National de Paris. Deux mois dans cette si belle et unique maison, qui m’apprend toujours autant! Hier a eu lieu notre prégénérale du Parc, si belle production d’Angelin Preljocaj. J’ai pour l’occasion le plaisir d’avoir dans la fosse le magnifique Orchestre de Chambre de Paris. Orchestre de Chambre de Paris qui avait créé la production en 1994. Un merveilleux orchestre de chambre, à l’écoute, réactif, avec de magnifiques couleurs, et une vraie joie pour eux de varier les plaisirs et de se retrouver en fosse. Il est vrai que Angelin Preljocaj a pour ce ballet choisi les plus beaux extraits possibles de la musique de Mozart, que les tempi sont bons, et que le ballet est absolument merveilleux. Entre les répétitions du Parc se glisse la reprise de Lear, reprise à laquelle j’ai le plaisir de collaborer. Enorme partition contemporaine de Aribert Reiman, dans une sublime production de Calixto Bieito. J’avais eu le plaisir lors de la création d’y remplacer Maestro Fabio Luisi il y a trois ans, Maestro Luisi qui est de retour cette saison et qui déploie les forces de l’opéra de Paris avec une vigueur incroyable. De plus, un merveilleux collègue.

Alors je ne peux que vous inviter à venir au Palais Garnier dès le 6 décembre pour Le Parc!  Le ballet de l’Opéra National de Paris y est absolument sublime et Eleonora Abbagnato que je dirigeai dans Dutilleux lorsqu’elle a été nommé étoile fera avec ce ballet ses Adieux. A très vite!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *